Connexion à l'espace client

MOBIUS GRID

The Most Advanced Grid Generator

A Versatile Grid System

Mobius Grid Generator allows you to deeply customize the grid layout. The possibilities are really unlimited… A dedicated reorder plugin was created in order to facilitate the element order/size in the grid.

  • 4 different sizes
  • 2 different styles for portfolio and blog
  • Adjustable gutter width
  • Grid layout and Masonry Layout
  • Horizontal/Vertical layout grid
  • Custom Number of element in the grid
  • Custom reorder of each element
  • One page setting for all elements
  • Ajax or pagination grid system
  • Ajustable aspect ratio of element
  • Touch device compatibility
  • Multi instance
All
0
Mobile
0

AXA

Expert Fi

Arka Plus

LFI

EuroCab

Groupe Sofialys

Groupe Look Voyages

Mobile Health

Load more

Different Styles

AXA

9 septembre 2018

 0

Expert Fi

9 septembre 2018

 0

Arka Plus

24 mai 2018

 0

LFI

23 novembre 2017

 0

EuroCab

23 novembre 2017

 0

Groupe Sofialys

4 mai 2017

 0

Custom Aspect Ratio

Utiliser le SMS comme outil de retargeting pour l’e-commerce

20 novembre 2017
Début 2017, Criteo, acteur majeur de l’email retargeting a annoncé l’arrêt de sa solution, faute de marché en dehors de l’Europe ! Il ont déployé un savoir faire dans le mobile en développant un outil de retargeting in-app et Web mobile qui fait aujourd’hui leur croissance. Mais pour ceux qui souhaitent miser sur le web-mobile, le SMS vieux canal peut-être encore utilisé, bien que toujours onéreux ! Avec un taux de mémorisation de l’information de 60%, un taux d’ouverture de 95% et un délai de lecture dans les 4 minutes, le SMS se positionne en tête des leviers pour recibler un visiteur ayant quitté le site internet d’un annonceur. Aujourd’hui, 98% des visites ne se transforment pas en achat et 9 paniers sur 10 sont abandonnés avant leur finalisation (lire l’article sur Les freins à la conversion dans le e-commerce). Le SMS retargeting, qui se défini comme du « reciblage publicitaire », est un concept du marketing comportemental. Le principe est simple : les enseignes se servent des informations de navigation d’un internaute pour lui envoyer par la suite un SMS commercial. Lorsqu’un internaute visite le site d’un annonceur, Wellpack qui a une base de 13 millions de numéros mobile identifie les informations grâce au système de cookies. L’idée est ensuite d’établir une correspondance entre les informations récupérées et les numéros de téléphones portables opt’in que possède la base. Si le numéro de téléphone portable de l’internaute est dans la base de données, celui-ci reçoit un SMS de relance personnalisé. Il est ensuite redirigé vers le site de l’annonceur, à travers un lien court sur lequel il peut cliquer, afin de l’inciter à commander sur le site ou se rendre en boutique pour effectuer son achat. Le SMS, outil de marketing direct idéal ? Bien qu’il soit facile pour un internaute d’ajouter des produits dans son panier, il est compliqué pour une marque de convertir cette intention en achat. Le SMS peut aider les enseignes à atteindre cet objectif. Contrairement à des nombreux emails commerciaux, le SMS n’est pas considéré comme un SPAM. De même, il n’existe pas de adblock3 qui empêche l’affichage du message. Le SMS est sans conteste le média le moins filtré et le plus lu par les consommateurs. Avec un taux de lecture très élevé (95% dont 90% dans les 4 min4), la force de frappe du SMS doit être exploitée à bon escient (Rédaction du message, heures de push) par les enseignes pour leur démarche commerciale. Enrichi d’un lien Internet, il permet une instantanéité et une lisibilité que n’offrent pas les autres outils de communication. Les SMS peuvent être adaptés de façon innovante et divertissante à chaque prospect, en fonction de son parcours client : alerte sur une vente flash, réduction pour achat en ligne, lien vers une fiche produit, etc. [Source : servicesmobiles]

L’acte d’achat de plus en plus influencé par les avis en ligne !

15 février 2018
Près de 8 Français sur 10 (77%) consultent les avis des internautes avant d’acheter un produit ou un service, et ils sont 60% à déposer eux-mêmes des avis. Ces chiffres, plutôt stables par rapport à la dernière édition du baromètre, confirment le poids des recommandations en ligne dans les habitudes d’achat. Les jeunes sont les plus influencés Alors que les avis en ligne influencent la décision d’achat de 51% des Français, ce chiffre atteint 68% chez les 18-24 ans ! Ultraconnectés, et surfant en continu sur les réseaux sociaux et autres plateformes de messagerie, les jeunes sont devenus LA génération du bouche-à-oreille digital. Les avis en ligne ne sont plus la chasse gardée des grands du e-commerce Cet attrait pour les retours d’expérience entre internautes n’est plus réservé au e-commerce, mais inclut désormais le commerce local : 69% des Français consultent les avis en ligne pour choisir une entreprise, un professionnel ou un commerce (coiffeur, garagiste, plombier…). Des Français pas si râleurs que çà ! Parmi les internautes qui publient des avis en ligne, plus de deux tiers (68%) déclarent le faire dans une démarche contributive, sans distinction, qu’ils soient satisfaits ou non. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la part d’internautes déclarant utiliser les avis en ligne uniquement pour se plaindre est faible (12%), et bien inférieure à la part des enthousiastes : 20% des personnes interrogées déclarent publier un avis lorsqu’elles sont satisfaites. Le client est roi et il est très informé… 2/3 des entreprises ne savent pas ce qui se dit sur elles sur Internet alors que 79% des Français disent prêter attention aux réponses laissées par les entreprises sur Internet. Les Français prennent de plus en plus conscience de leur pouvoir sur les marques : pour 67% des personnes interrogées, les avis déposés sur Internet représentent aujourd’hui le principal vecteur de réputation d’une marque ou d’une entreprise, soit une augmentation de 5 points en un an ! Des faux avis impossibles à débusquer ? Alors que la DGCCRF estime dans une étude récente que 35% des avis en ligne seraient frauduleux, l’identification des faux avis est perçue comme complexe pour la majorité des Français (86%). Plus de la moitié des Français (55%) qui ne consultent pas les avis en ligne invoque le manque de crédibilité. Selon eux, les avis en ligne ne sont pas du tout fiables… [Source : Comarketingnews]

5 ans et 4 mois, c’est le temps passé sur les réseaux sociaux par les Américains dans leur vie

24 février 2018
Une étude réalisée par Statista aux Etats-Unis en 2016 montre la place énorme que prend les écrans dans la vie quotidienne des américains. En effet, en moyenne, les américains auraient passé 5 ans et 4 mois sur les réseaux sociaux et plus de 7 ans devant la TV !

Quelques conseils pour améliorer l’ergonomie de son site mobile

21 mars 2018
Google s’est associé à cxpartners, agence leader en matière d’expérience utilisateur, pour étudier presque 500 des sites les plus visités en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique dans les secteurs du retail, de la finance et des voyages. L’objectif : identifier les « maîtres du mobile » et les marques qui ont encore du chemin à parcourir. Nous vivons en effet dans un monde mobile, avec l’omniprésence des smartphones, les consommateurs ont pris l’habitude de faire les choses en mobilité. Ils ont toujours à portée de main un accès direct au web. Concrètement, ils veulent pouvoir réserver un vol, ouvrir un compte bancaire ou acheter un nouveau casque audio aussi facilement que lorsqu’ils recherchent un resto ou envoient un message à un ami. Mais, leurs attentes ne sont pas toujours conformes à la réalité, du moins pas encore. Les sites mobiles peuvent être lents et compliqués à parcourir. Le processus de paiement est parfois fastidieux : de nombreux champs à remplir et plusieurs étapes à remplir avant de finaliser l’achat. Or, les consommateurs ont tendance à abandonner si le processus est trop complexe. Avec un peu de chance, ils reviendront sur votre site à partir d’un ordinateur, mais dans le pire des cas, vous ne les reverrez jamais. La vitesse et l’ergonomie ne sont pas seulement des enjeux de développeurs. Ce sont aussi des enjeux de marketeurs. Posez-vous pour définir comment améliorer l’expérience de vos clients sur vos actifs digitaux ! Conscients que les écrans de petite taille peuvent entraîner des fautes d’orthographe sur mobile, de nombreux sites comme Asos.com ont intégré une fonctionnalité qui repère les coquilles et les corrige automatiquement. Mais, peu de sites affichent la requête d’origine, ce qui peut conduire à une correction erronée lorsque le système doit choisir entre deux mots orthographiquement proches (par exemple, « t-shirt » et « short »). Zalando.fr a une excellente conception mobile avec des titres clairs, un contenu bien mis en page, des zones cliquables bien dimensionnées et des icônes clairement légendées. Autre information de l’étude : de plus en plus de sites de retail adoptent des systèmes de paiement tiers tels que PayPal, Google Pay ou Apple Pay. Ces intégrations simplifient grandement le règlement pour les utilisateurs qui sont déjà connectés à un système de paiement, mais elles peuvent aussi présenter des inconvénients. Si l’intégration n’est pas soignée, les clients peuvent être amenés à saisir leurs coordonnées à la fois sur le site et sur celui du fournisseur de services de paiement, ce qui ralentit le processus de règlement et risque d’agacer les utilisateurs. Notre étude révèle également que certains sites retail ne sont pas encore intégralement sécurisés, même si un grand nombre d’entre eux utilisent un processus de règlement fiable. [Source : Servicesmobiles]

Habitudes et comportements digitaux à l’échelle mondiale

21 mars 2018
Le rapport « Global Digital Future in Focus » de comScore est basé sur des données multiplateformes provenant des États-Unis, Canada, France, Allemagne, Italie, Espagne, Royaume-Uni, Argentine, Brésil, Mexique, Inde, Indonésie et Malaisie, afin de mettre en relief les similitudes globales et les nuances locales. Le temps numérique s’est fortement déplacé vers les plateformes mobiles, mais certains marchés conservent des audiences de bureau de taille égale ou supérieure. – Les applications représentent plus de 80% du temps sur mobiles. Les 30 applications les plus populaires représentent entre 41% et 61% du temps total. – L’accès « mobile-only » (via smartphone ou tablette) concerne 70% de la population digitale en Inde et est passé de 22% à 29% au Brésil au cours de l’année dernière. – La messagerie instantanée et les médias sociaux représentent plus du quart du temps passé sur mobiles dans les pays étudiés. Les utilisateurs mobiles consomment 2X plus de minutes par rapport aux utilisateurs de PC Dans ce rapport, le smartphone est la plate-forme principale sur tous les marchés, mais il convient également de noter que même sur les marchés matures comme les Etats-Unis, cette plate-forme continue de réduire ses parts de marché.  

Les différences entre Apple Store et Google Play

16 avril 2018
Appfigures qui a analysé des millions de nouvelles applications iOS et Android publiées au cours des années permet de donner 10 points à connaitre ! Les boutiques d’applications sont-elles toujours en croissance ? Pour répondre à cette question, examinons le nombre d’applications disponibles au téléchargement à la fin de chaque année au cours des dernières années. L’App Store d’Apple et Google Play ont connu une croissance constante jusqu’en 2017, date à laquelle ils se sont séparés. Google Play a continué de croître à un taux plutôt bon d’environ 30% pour atteindre plus de 3,6 millions d’applications. L’App Store d’Apple a cependant été dirigé dans une direction très différente. À la fin de 2017, il y avait environ 2,1 millions d’applications iOS disponibles dans l’App Store, soit une diminution de 5% par rapport aux 2,2 millions d’applications disponibles au début de l’année. Cette baisse est le résultat d’une soumission plus stricte, avec des consignes de révision d’Apple, ainsi que d’un changement technique qui a éliminé de nombreuses anciennes applications qui n’étaient pas mises à jour pour prendre en charge l’architecture 64 bits. Combien de nouvelles applications sont publié chaque année ? Les développeurs Android sont restés productifs et, au cours de la dernière année seulement, ont publié plus de 1,5 million de nouvelles applications. Il s’agit d’une augmentation d’environ 17% d’une année à l’autre, le plus gros bond depuis 2014. Les développeurs d’iOS, par contre, ont libéré 755 000 nouvelles applications en 2017. C’est une importante baisse! 29%, la première baisse depuis le lancement de l’App Store en 2008. Les applications sont-elles portées entre les plates-formes ? le portage des applications d’une plate-forme à l’autre est aussi une source de croissance. Bien que les applications ~ 25k ne soient pas si nombreuses, cela montre que les développeurs franchissent la barrière de la plateforme et étendent leurs applications au-delà de la version d’origine. Encore une fois, Google Play gagne la course. Plus de deux fois plus d’applications iOS sont arrivées sur Android en 2017 que d’applications Android dans l’App Store. Combien d’applications sont multi-plateformes ? Selon l’algorithme de Appfigures qui cartographie les applications sur plusieurs plateformes, environ 450 000 applications sont disponibles pour iOS et Android,cela ne représente que 8,5%. Construire et maintenir une application pour plusieurs plates-formes peut être un vrai fardeau, en particulier pour les développeurs indépendants et les petites équipes. Quels outils non-natifs utilisent la plupart des applications ? Parler de développement multi-plateforme, c’est aborder le développement d’applications non natives – ce qui signifie utiliser un outil tiers pour construire des applications qui peuvent ensuite être publiées sur plusieurs plates-formes avec peu ou pas de changements de code. Il y a quelques outils qui permettent cela, et en utilisant les données SDK, ils ont zoomé sur les applications qui utilisaient ces outils. Voici les outils de développement d’applications non-natives les plus populaires. Cordova et Unity sont ce que la plupart des développeurs d’applications utilisent pour construire leurs applications et jeux non-natifs respectivement. React Native, grimpe lentement dans la liste. Toujours surpris de

Le marché des applications mobiles pulvérisent à nouveau tous les records

16 avril 2018
Au 1er trimestre 2018, Google Play a réduit de 10 % l’écart qui le séparait d’iOS en matière de dépenses consommateurs dans le monde App Annie, publie les résultats de l’app-économie au 1er trimestre 2018 qui a été le plus gros jamais enregistré dans l’app économie, pulvérisant les records établis au 4e trimestre 2017, tant sur le plan des dépenses consommateurs que sur celui des téléchargements. Les téléchargements iOS et Google Play dans le monde ont d’ailleurs augmenté de 10 % en l’espace d’un an pour atteindre les 27,5 milliards – le plus gros chiffre jamais enregistré en un trimestre. Les dépenses consommateurs dans le monde ont, quant à elles, augmenté de 22 % en l’espace d’un an sur iOS et Google Play, soit un total de 18,4 milliards de dollars. Des chiffres vertigineux, surtout si l’on considère que les données de téléchargements prennent uniquement en compte les installations initiales et non des réinstallations ou des mises à jour. De même, les dépenses consommateurs n’intègrent quant à elles que les chiffres d’affaires iOS et Google Play générés par les achats d’apps, les achats intégrés et les abonnements intégrés. En réalité cependant, le chiffre d’affaires de l’app économie est bien plus élevé encore et comprend les revenus générés par les boutiques Android tierces, le m-commerce (ex : covoiturage, shopping) ainsi que les publicités intégrées. Avec plus de 6,2 millions d’applications disponibles sur iOS et Google Play au 1er trimestre 2018, les applis font désormais partie du quotidien des consommateurs. Un phénomène qui se reflète particulièrement dans leur comportement – l’utilisateur de smartphone moyen passe plus de 3 heures par jour sur les apps et en utilise près de 40 chaque mois. Téléchargements : iOS réduit l’écart avec Google Play Le 1er trimestre 2018 a pulvérisé tous les records en matière de téléchargements Google Play et iOS, avec plus de 19,2 milliards de téléchargements pour le premier, contre 8,2 milliards pour ile second. En un trimestre, iOS a réduit de 10% l’écart qui le séparait de Google Play. Entre le 1er trim. 2017 et le 1er trim. 2018, la part des téléchargements d’applis de shopping a enregistré une hausse importante sur les deux App stores. Le secteur du retail continue de migrer vers les applications, les acteurs du e-commerce et les revendeurs traditionnels mettant les bouchées doubles pour proposer une expérience de shopping mobile optimale, en réponse à l’engouement des consommateurs pour les applis de shopping. Une tendance qui ne peut que se prolonger, à mesure que les acteurs du retail s’adaptent au marché en intégrant le mobile au cœur de leur stratégie commerciale. La hausse sur un trimestre des téléchargements sur les deux App stores est principalement due aux jeux mobiles. Les utilisateurs ont été séduits par les évolutions importantes dans les jeux mobiles, comme l’arrivée du genre « battle royale » par exemple, rendu célèbre par des titres comme PUBG Mobile et Fortnite. Les États-Unis, la Russie et la Turquie ont connu une hausse importante de leurs parts de marché